«L’opposition syrienne n’est composée que de terroristes» : désabusée, Carla Del Ponte démissionne

L’ancien procureur spécialiste des crimes de guerre Carla Del Ponte a annoncé le 6 août qu’elle allait bientôt quitter la Commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie. Les travaux de cette dernière vont malgré tout se poursuivre.

«Je suis frustrée, j’abandonne ! J’ai déjà écrit ma lettre de démission et vais l’envoyer dans les prochains jours», a déclaré Carla Del Ponte, membre de la Commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie, lors d’un entretien donné au journal suisse Blick depuis le festival du film de Locarno, dans le Tessin, sa région natale.

«Je ne peux plus être dans cette Commission qui ne fait absolument rien», a dénoncé Carla Del Ponte, accusant les membres du Conseil de sécurité «de ne pas vouloir établir la justice» sur le dossier syrien.

Néanmoins, si elle accuse le gouvernement syrien d’avoir «perpétré de terribles crimes contre l’humanité», elle estime aujourd’hui que «tous en Syrie sont du côté du mal».

«L’opposition n’est désormais composée que d’extrémistes et de terroristes», a-t-elle affirmé au journal suisse.

En 2013, Carla Del Ponte avait d’ailleurs affirmé, après avoir recueilli des témoignages concordants, que les rebelles «modérés» soutenus par l’Occident avaient utilisé du gaz sarin à plusieurs reprises en Syrie à Homs, Alep et Damas.

La Commission va poursuivre son travail

Dans un communiqué, la Commission a stipulé avoir été prévenue par Carla Del Ponte à la mi-juin et a salué sa contribution et ses efforts, mais a estimé que le travail devait se poursuivre.

«Il est de notre devoir de persister […] au nom des innombrables Syriens qui sont victimes des pires violations des droits de l’Homme et crimes internationaux que l’humanité connaît. De tels efforts sont plus nécessaires que jamais», a affirmé la Commission.

La Commission d’enquête indépendante de l’ONU a été créée en août 2011 par le Conseil des droits de l’homme, quelques mois après le début du conflit syrien. Carla Del Ponte avait rejoint la Commission en septembre 2012.

Carla Del Ponte avait été procureure du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) ainsi que du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). Elle avait notamment réussi à faire traduire le Serbe Slobodan Milosevic devant la justice internationale pour crimes de guerre.

francais.rt.com

Share This:

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*