Sevran: un policier, passé à tabac, tire et blesse un des “jeunes”.

Un policier violemment agressé lors d’une intervention tendue dans la nuit du 14 juillet à Sevran (Seine-Saint-Denis) a fait usage de son arme  pour se dégager, blessant un homme de 18 ans

Dans la soirée, des poubelles ont été incendiées près du collège, et les policiers arrivés sur place accueillis à jets de pierre. Débordés, les fonctionnaires ont dû appeler des renforts. Un peu plus loin, explique Le Parisien, deux motards de la police sont attaqués. L’un d’eux tombe à terre, avant d’être roué de coup. Des riverains ont aperçu dans le quartier des jeunes gens armés de barres de fer. Le policier roué de coups aurait alors fait usage de son arme pour se défendre. Un homme a été blessé au bas-ventre, probablement par un tir, croit savoir Le Parisien. Hospitalisé, son pronostic vital n’est pas engagé.
Le policier, lui aussi hospitalisé, présentait de «nombreuses contusions et blessures à la tête et s’avérait très choqué sur le plan psychologique». Une enquête a été ouverte pour identifier les auteurs des violences contre les policiers mais le parquet de Bobigny a tenu à saisir l’IGPN d’une enquête consécutive à l’usage d’arme. La couleur politique des magistrats de ce tribunal rouge n’est plus a démontré. Déjà en 2016, une centaine de policiers réclamaient “plus de fermeté” contre les violences devant le tribunal de Bobigny. “Il faudrait être fou pour ne pas avoir peur” racontait par exemple ce policier de la BAC (brigade anti criminalité) en Seine-Saint-Denis, qui estimait que la justice fait preuve de “laxisme”. “On demande plus de fermeté surtout à l’égard des violences contre les policiers et l’institution en général” ajoutait Grégory Goupil du syndicat de police Alliance 93 “Ce que les collègues dénoncent aujourd’hui, c’est ce qu’on dénonce nous depuis 2012”. Le terme “jeunes” employé par les média cache mal la vérité, on entend en écho les salamayeks habituels “Ils sont jeunes, ils s’amusent, il faut pas être raciste…”.

«Les policiers sont devenus de la chair à canon», a dénoncé aujourd’hui auprès de l’AFP le secrétaire national adjoint du syndicat policier Alliance, Loïc Travers.
Alliance a en outre condamné des festivités du 14 Juillet 2017 «une nouvelle fois émaillées d’incidents graves, visant les forces de l’ordre et les policiers en particulier», citant notamment des «attaques de commissariats, guet-apens, jets de mortiers, incendies volontaires». Dans ce contexte Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint d’Alliance a dit à l’AFP avoir besoin du «soutien de l’Etat», «qui ferait mieux de renforcer nos moyens plutôt que les diminuer en baissant nos crédits».

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière des mesures d’économies, à hauteur de 526 millions d’euros, dans le cadre d’une diète imposée à l’ensemble des ministères.

Share This:

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*